Le programme SAAGA

Programme SAAGA

Introduction
 
Le Burkina Faso connaît depuis les années 70 des conditions climatiques défavorables caractérisées par un déficit pluviométrique chronique qui entrave sérieusement le développement socio-économique du pays . Cette situation a amené le Burkina a s’intéresser à la technique d’augmentation des précipitations par ensemencement des nuages.
C’est ainsi qu’en 1998, et suite à l’important déficit pluviométrique qu’a connu le pays en 1997, une opération « pluies provoquées » a été menée pendant la saison hivernale avec l’appui technique et logistique du Royaume du Maroc qui pratique cette technologie depuis les années 80.
Cette opération a donné des résultats probants ce qui a décidé le gouvernement à adopter la technologie de modification du temps comme un des moyens de la politique de mobilisation des ressources en eaux.
A cet effet, un organe permanent, le Programme Saaga a été créé.
 
 
 
1. La technique d’ensemencement des nuages
 
L’ensemencement des nuages fait partie du terme générique de la modification artificielle du temps qui a été inventée aux États Unis dans les années 50.
Cette technologie englobe différents domaines, notamment:

    l’augmentation de la pluie;
    la lutte contre la grêle;
    la lutte contre le brouillard.

Dans le cas du Burkina Faso, il s’agit de l’augmentation de la pluie par ensemencement des nuages.
 
Cela consiste à introduire dans le nuage des agents chimiques pour augmenter ou provoquer la pluie.
 
On distingue deux types d’agents chimiques :
 

    Les agents glacogènes, « l’iodure d’argent où la glace  sèche » qui accélèrent le processus de formation de la glace dans les nuages. Ces produits génèrent de façon instantanée beaucoup de particules de glace qui atteignent très vite la masse critique de précipitation.
    Les agents hygroscopiques « chlorure de potassium » augmentent la taille des gouttellettes d’eau qui existent déjà dans le nuage, en les faisant doubler ou tripler de volume pour atteindre le stade de la précipitation.

Ces agents chimiques sont déversés dans le nuage par le biais de vecteurs qui peuvent être soit :

    des avions qui ensemencent directement le nuage à la base ou au sommet ;
    des générateurs qui ensemencent à partir du sol grâce aux courants ascendants.

 
 
2. Le Programme SAAGA
 
2.1. Objectifs
 
Accroître la Pluviométrie par l’ensemencement des nuages afin :

    De contribuer à l’augmentation des précipitations au Burkina Faso;
    D’assurer un transfert de savoir –faire en matière de modification artificielle du temps aux nationaux;
    De partager l’expérience ainsi acquise avec les pays voisins pour aboutir à un programme sous-régional.

2.2. Organisation
 
Le Programme SAAGA est composé de deux (2) organes à savoir:

    Le Comité de Suivi et d’Évaluation (CSE): Organe consultatif de suivi et d’appui du Programme.
    La Coordination Nationale (CN) : Animée par un Coordonnateur National, elle est l’organe permanent d’exécution et de gestion du Programme.

Composition du Comité de Suivi et d’Évaluation (CSE)

    Le Directeur général de la météorologie nationale;
    Le Directeur général de l’inventaire des ressources hydrauliques;
    Le Directeur général de l’hydraulique agricole;
    Le Chef d’État Major adjoint de l’Armée de l’Air;
    Le Chef d’État Major adjoint de la Gendarmerie nationale;
    Le Directeur du Centre national de la recherche scientifique et technologique;
    Le Directeur de l’unité de formation et de recherche des sciences techniques de l’Université de Ouagadougou

Composition de La Coordination Nationale (CN)

    L’Armée de l’Air;
    La Direction de la Météorologique Nationale;
    La Gendarmerie Nationale;
    La Direction Générale de l’Inventaire des Ressources Hydrauliques;
    La Direction générale de l’hydraulique agricole;
    Le Secrétariat exécutif de la Coordination nationale de la sécurité alimentaire;
    Le Centre national de la recherche scientifique et Technologique.

2.3. Les équipements du Programme SAAGA
 
Pour ses opérations le Programme Saaga utilise:

    Un radar météorologique;
    Un vecteur aérien;

Le vecteur aérien est composé de:

    Deux (2) King air 200;
    Un (1) Sénéca II
    Un vecteur terrestre.

Le vecteur terrestre est composé au total de vingt six générateurs situés autour de Ouagadougou sur deux (2) axes:

    Un axe Est
    Un axe Sud-Ouest

2.4. Les compétences engagées
 
Il s’agit des compétences en ressources humaines.
La mise en œuvre des opérations du Programme SAAGA fait appel à des personnels très spécialisés notamment des:

    Ingénieurs météorologiques;
    Officiers pilotes;
    Officiers ingénieurs en aéronautiques;
    Techniciens supérieurs en météorologie;
    Sous-officiers spécialistes en maintenance avion et télécommunication.

En matière d’analyse et d’évaluation, le Programme fait appel à du personnel auprès des structures suivantes:

    La Direction Générale de l’Inventaire des ressources Hydrauliques (DGIRH);
    L’Université de Ouagadougou;
    Le Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST).

2.5. Bilan des interventions (2003)
 

    24 Interventions par générateurs (322 H 04 mn)

    54,2% des interventions ont enregistrées des précipitations supérieures à 20 mm
    12,5% des interventions ont enregistrées des précipitations entre 5 et 20 mm
    33,3% des interventions ont enregistrées des précipitations inférieures à 5 mm

  2. 48 Interventions par avions :

    52 H 05 (888 cartouches et 252 brûleurs)
    52,1% des interventions ont enregistrées des précipitations supérieures à 20 mm  
    20,8% des interventions ont enregistrées des précipitations entre 5 et 20 mm  
    25% des interventions ont enregistrées des précipitations inférieures à 5 mm

 
 
3. Perspectives
 
Elles concernent essentiellement:

    La couverture radar du pays;
    La consolidation de la maîtrise des opérations d’ensemencement;
    Une meilleure maîtrise de l’évaluation scientifique des opérations d’ensemencement.
        Plan d’action sur les volets suivants:
            Physique
            Environnemental
            Social
            Économique

 
4. Conclusion
 
Notre gouvernement s’est beaucoup investi pour la mise en place du Programme SAAGA, et si le cap est maintenu de manière aussi soutenu, ce Programme pourra contribuer pleinement et positivement à changer le cours des évènements en matière de stratégie de mobilisation des ressources en eau dans notre pays.
Le Programme SAAGA, quoique à un stade de développement, suscite par ses premiers résultats , beaucoup d’espoir.
Les pays voisins et le CILSS s’y intéressent beaucoup et les études sont en cours pour la mise en place d’un programme sous-régional avec les encouragements de l’OMM.